Chez Kelly
Publié le - 2682 v. -

J'ai testé pour vous : 2h dans la peau d'une cam girl

Étant encore très indécise par rapport à l'avenir de ma vie sentimentale en ce moment, je passe pas mal de temps toute seule chez moi le soir et je m'occupe comme je peux en regardant notamment des séries ou des émissions à la télé. L'autre jour je suis tombée sur un reportage d'Envoyé Spécial consacré aux "camgirls" et j'avoue que ça m'a un peu fascinée l'histoire de ces nanas qui s'exhibent en webcam devant des milliers d'internautes pour se faire un peu d'argent. Il y en a même qui gagnent très bien leur vie en faisant ça au point qu'elles en ont carrément fait leur métier ! Du coup, étant curieuse de nature comme vous avez du le constater, à la fin du reportage j'ai allumé mon portable et j'ai commencé à faire des recherches sur ce phénomène de société qui a l'air de commencer à prendre pas mal d'ampleur en France. Comptant sur Mister Google pour apaiser ma soif d'en apprendre plus sur le sujet, j'ai bêtement tapé "cam girls" dans la barre de recherche et là j'ai juste halluciné devant le nombre impressionnant d'articles consacrés aux sex cams que j'avais sous le nez : des grands titres de presse féminine type Cosmopolitan ou Elle aux médias d'info généraliste tels que le Huffington Post ou Libération, tout le monde y va de son papier sur le sujet ! J'en ai rapidement survolé quelques uns en diagonale, m'attardant sur les passages qui m'intéressaient le plus, puis j'ai cédé à la tentation et suis allée visiter le site dont le nom revenait le plus fréquemment : Chaturbate.

Ma première fois sur un site de sexcam

En arrivant sur Chaturbate je me suis retrouvée devant un mur de photos de femmes, d'hommes de couples gays/lesbiens ou hétéros et même de transsexuels, sans doute des captures d'écran de leurs webcams prises à la volée. On ne se refait pas, mon œil a aussitôt été attirée par la sexcam de deux nanas sexy qui s'enlaçaient alors j'ai cliqué dessus et je me suis retrouvée devant elles, je dois dire que c'était assez troublant. Évidemment elles ne me voyaient pas mais j'ai mis quelques secondes à le réaliser. A côté de l'écran il y avait un chat dans lequel des dizaines de personnes s'exprimaient en anglais, principalement pour leur demander de leur montrer ci ou ça. Régulièrement je voyais des notifications du genre "machintruc tipped 25 tokens et j'ai compris qu'il s'agissait des fameux pourboires ou "tips" que les utilisateurs envoient aux cam girls pour les remercier. J'ai regardé leur show webcam pendant quelques minutes sans me manifester et j'avoue que ça m'a assez plu... En cherchant dans mon compte comment acheter des tokens j'ai découvert que je pouvais moi aussi passer de l'autre côté de l'écran et devenir camgirl à mon tour. Je ne sais pas pourquoi, sûrement le petit côté interdit de la chose mais aussi l'idée qu'une jolie fille puisse me mater :) Bref je me suis lancée et croyez-moi quand j'ai allumé ma cam et commencé la diffusion je n'étais pas fière lol ! Je m'attendais à n'avoir personne dans ma "room" et ce fut le cas pendant une dizaine de minutes mais ensuite pas mal de monde a commencé à arriver, sans doute parce que je devais être étiquetée comme "nouvelle". Il y avait surtout des hommes, pas trop vulgaires dans l'ensemble, mais aussi 2 ou 3 femmes héhé... On me demandait gentiment de montrer différentes parties de mon corps et petit à petit je me suis laissée aller, sans toutefois aller trop loin car je suis bien trop pudique. Mais ça n'a pas empêché les gens de m'envoyer des pourboires et sans m'en rendre compte je suis restée connectée pendant près de 2h. Au final j'ai récolté un peu plus de 1500 tokens soit un gain d'environ 75$, pas si mal pour une première fois sur un site de sexcam ! Je ne pense pas que je deviendrai cam girl à plein temps car je n'aime pas spécialement m'exhiber, je ne suis pas assez à l'aise avec mon corps, mais c'était une bonne expérience et je ne dis pas que je n'en referai pas de temps en temps, peut-être même avec une copine qui sait...

Laissez votre commentaire à propos de cet article